Saurer Club Suisse Romande

 

Le dates et faits importants

 

1853 à 1888 : Fondation de l’entreprise et établissement à Arbon.

1853 : Franz Saurer crée une entreprise de fonderie à St Georgien près de St Gall.

1862 : Franz Saurer déménage son entreprise à Arbon.

1863 : Début du développement et de la production de machines à broder.

1888 à 1917 : les moteurs stationnaires, les voitures de tourisme et les camions avec transmission par chaînes

1888 : Premier moteur stationnaire fonctionnant au pétrole (image). Licences données à Sauter Harlé Paris et Langensiepen in Magdeburg (Allemagne). Attestations établis par les Hautes Ecoles Techniques de Vienne et St Pétersbourg : Consommation très faible 370 g/CV/h.

1898 : Première voiture « Doppelphaeton » (phaéton à deux rangées de siège). Moteur pétrole deux cylindres et balancier (image) d’une puissance de 5 CV, boîte à trois rapports, vitesse de pointe 28 km/h. Ce véhicule est exposé au musée de la ville d’Arbon.

1903 : Premier camion de cinq tonnes (image). Moteur essence quatre cylindres individuels d’une puissance de 27 CV (image), boîte de trois rapports, vitesse de pointe 17 km/h. Ce camion est également exposé au musée de la ville d’Arbon.

1904 : Gamme de moteurs type AM (image) équipé d’un frein moteur efficace, d’un carburateur polycarburant et d’un système de démarrage à air comprimé. Boîte à quatre rapports avec commande par coulisses. Début des camions léger équipés d’une transmission par cardan et des camions lourds avec entraînement par chaînes.

1907 : Le succès mène à l’ouverture de plusieurs filiales à l’étranger : Suresnes (France), Lindau (Allemagne), Vienne, en Russie et aux Etats Unis d’Amérique (International Motor Company).

1908 : Premiers travaux effectués à l’entreprise SAFIR, à Zurich, dans le but de réaliser un moteur diesel destiné à un véhicule routier (image). Ces travaux sont menés en collaboration avec Rudolf Diesel et Hyppolit Saurer. Ce moteur est exposé au « Deutsches Museum » à Munich.

1911 : Le premier véhicule ayant traversé l’Amérique du nord (image) est un camion Saurer cinq tonnes. Il a effectué ce voyage en pleine charge : Une belle preuve de robustesse servant d’argument de vente.

1915 : Début de la construction de véhicules chez MAN sur la base des camions Saurer à transmission par chaînes et par cardan. Un camion Saurer cinq tonnes (image) permet de terminer la réalisation du plus grand observatoire du monde en transportant une pièce de fonderie pesant 13 tonnes sur le Mont Wilson en Californie.

Entre 1904 et 1915, environs 4000 camions lourds à transmission par chaînes (image) et camions légers à transmission par cardan ont été construits. Ces camions ont permit à Saurer de décrocher 48 prix et médailles à des concours internationaux entre 1907 et 1912.

1915 à 1930 : la construction des nouveaux types A

Durant ces quinze ans, environs 2700 camions du type A quittent l’usine. Ces véhicules conçus pour le transport de six à douze tonnes de marchandises avec remorque trouvèrent un écho favorable auprès des transporteurs de tous les pays. Pendant la première guerre mondiale, Saurer met en route, sur demande de l’armée suisse, la construction sous licence des moteurs d’avions Hispano-Suiza.

1925 à 1933 : les types B avec de nouveaux châssis et de nouveaux moteurs

1925 : La clientèle demanda, après le changement de la législation, des véhicules utilitaires légers et rapides. Saurer répondit avec le camion 2BH et les bus 2BHP, 3BHP et 3BHPL. Une innovation remarquable était l’essieu avant pourvus de freins. Ces nouveaux châssis étaient à nouveau un grand succès. Saurer est même sorti vainqueur de la course Paris – Nice en 1927 et 1928 avec un bus de ce type.

1928 : Introduction successive des types 3B à 5B équipés de moteurs quatre et six cylindres BR, BN et BL d’une puissance de 60 à 100 CV. Premier moteur Diesel type ADD issu du moteur essence AD. Il fonctionnait sur le principe Acro et offrit une puissance de 52 CV. Fabrication de moteurs neuf cylindres en étoile sous licence Gnôme et Rhône (image).

1931 : Suite aux travaux de recherche intensifs, les nouveaux moteurs de types BOB, BRD, BND et BLD travaillant selon le système de combustion à flux croisé, partent en production. Saurer est en mesure d’offrir des camions d’une puissance allant de 75 à 120 CV. Les moteurs du type B sont continuellement améliorés et aussi livrable en version stationnaire et traction ferroviaire. Les six cylindres BXD et les douze cylindres BZD sont construits en version atmosphérique comme en turbocompressé. La puissance atteinte est de 460 CV pour le BZD turbocompressé. 2700 châssis des divers types B sont construits.

1934 à 1970 : la construction des types C

1934 : Début de la construction des châssis et des moteurs type C. La nouvelle législation n’ayant pas apporté l’augmentation espérée du poids total des camions, Saurer a décidé de construire un camion léger offrant une grande charge utile – onze tonnes pour le 6C. Ces nouveaux types sont des constructions totalement neuves et n’ont plus rien en commun avec les types B.

Hyppolyt Saurer à reçu un brevet pour son système à double turbulence et injection directe (image). Cette nouveauté fait fureur et représente une étape importante dans l’histoire du moteur Diesel. La consommation est de 172 g/CV/h, une valeur extrêmement basse pour l’époque.

1935 : Arrivé des premiers châssis à cabines avancées. Présentation de la voiture de tourisme PD. Une Dodge construit sous licence et équipée d’un moteur Saurer six cylindres Diesel d’une puissance de 72 CV à 3000 tr/min.

1938 : Présentation des véhicules tout-terrain à essieux pendulaires du type 4M et 6M. Ces véhicules étaient d’une vocation militaire et déstinés pour la traction de pièces d’artillerie.

1940 : La puissance de la gamme des moteurs stationnaires et traction ferroviaire atteint les 700 CV.

1944 : Moteur douze cylindres en V pour avion équipé de l’injection d’essence et d’une puissance de 1000 CV. Un autre moteur pour avion, le type FLB, travaillant selon le principe deux temps à pistons opposés et injection d’essence, était un projet basé sur une idée de Hyppolyt Saurer dans le but d’atteindre la puissance de 2000 CV. Les travaux sur ce prototype ont dû être abandonnés au profit de l’augmentation de production d’autres moteurs d’avion destinés à l’armée.

1946 : Construction des bus à grande capacité du type 6H et 4ZP. Ces châssis étaient équipés d’un moteur latéral ou arrière, d’un coupleur hydraulique et d’une boîte à quatre rapports avec présélection.

1952 : Premiers moteurs Diesel suralimenté grâce à un compresseur à vis Saurer (image) entraîné mécaniquement. Présentation du car type 2H avec carrosserie autoportante et disposition du moteur à l’arrière. Tous types C confondus, environ 22'000 camions et 1'000 bus ont quitté l’usine.

1955 à 1983 : Les types D

De nouvelles dispositions légales et la demande de la clientèle de pouvoir disposer de véhicules plus puissants sollicita une nouvelle génération de moteurs et de châssis : Les types D. Pour des questions de coûts, la nouvelle gamme sera plus restreinte qu’au paravent. Le nouveau moteur type DC (160 CV) ou DCU pour la version couchée permettant le montage sous le châssis, offre une puissance de 160 CV. Avec une suralimentation par compresseur à vis, il devient le type DCL, respectivement DCUL, la puissance passe à 210 CV.

1969 : Les moteurs DC et DCL sont remplacés par le DK (210 CV) et le DKL (255 CV). Ces moteurs sont, depuis l’abandon des moteurs du type B, les premiers à avoir un bloc en fonte.

1971 : Introduction du moteur D1KT (310 CV). Sur ce moteur, le compresseur à vis est, au grand regret des chauffeurs, remplacé par un turbocompresseur.

1972 : Saurer est, pour des questions de rationalisation, obligé d’abandonner ces propres boîtes à vitesse au profit de boîtes ZF. Saurer cesse la construction de bus.

1973 : Evolution du moteur : Nouvelle dénomination D2KT avec (330 CV).

1974 : Saurer reprend à nouveau la construction de bus, mais cette fois en collaboration avec Leyland-DAB.

1977 : Pour répondre à la nouvelle norme sur l'émission de bruit plus sévère pour les camions, Saurer à introduit des modifications abaissant le bruit émis par les moteurs.

1978 : Les liens avec Leyland-DAB se desserrant de plus en plus, c’est avec les PTT que Saurer réalise le car postal du type RH. Présentation du moteur D4KT-B. Le couple et la puissance sont atteints à un régime abaissé de 200 t/min.

1982 : Le 2 mars, la direction crée la stupeur en comuniquuant que Saurer va cesser la construction de camions. Les camions commandés par des clients privés et par l’armée suisse seront construits par la nouvelle société NAW, Nutzfahrzeuggesellschaft Arbon Wetzikon (Société de véhicules utilitaires Arbon Wetzikon).

1983 : Le dernier camion civil quitte l’usine le 8 décembre.

1986 : Le dernier camion quitte l’usine le 27 février. C’est un camion militaire du type 10DM.