La marque affiliée Berna
 
C’est en 1902 que cette entreprise de ferronnerie d’art, fondé deux ans auparavant par un dénommé Joseph Wyss, construisit sa première voiture automobile, la « Berna Vis-à-vis ». Il s’agissait d’un véhicule pourvu d’un moteur à un cylindre et pouvant emmener trois ou quatre personnes. Les sièges étaient disposés face à face, disposition provenant des voitures hippomobiles et très courrant à l’époque. Un de ces véhicules est exposé au « Musée Suisse des Transports et des Communications », à Lucerne.

Les locaux de Berne devinrent vite trop exigu et Joseph Wyss fut contraint de trouver des locaux plus vastes. Un bâtiment anciennement occupé par une usine d’électrodes en charbon était en vente à Olten, distant d’une soixantaine de kilomètres de Berne. Joseph Wyss acheta ce bâtiment en 1904, l’adapta et s’y établit sous la nouvelle raison sociale : « J.Wyss, Schweizerische Automobilfabrik Berna ». (Fabrique suisse d’automobiles Berna).

Les premiers camions deux tonnes avec moteur un cylindre et trois tonnes avec moteur deux cylindres ont été présentés en 1904. Leur transmission était en avance sur leur temps : Au lieu des chaînes ouvertes habituellement utilisées pour l’entraînement des roues, les camions Berna étaient équipés de réducteurs logés directement sur les moyeux.

En 1906 l’entreprise devenait une société anonyme. Le camion cinq tonnes type G1, équipé d’un nouveau moteur quatre cylindres, a été présenté la même année. Mais les adversaires de l’automobile entravaient sérieusement la vente et Berna se trouvait rapidement en difficultés financières, ceci malgré le haut niveau technique de leurs produits. Joseph Wyss a quitté l’entreprise en 1907. Un groupe financier anglais, la « Hudson Consolidated », repris l’entreprise en 1908 car les camions Berna avaient une bonne réputation en Angleterre et s’y vendaient bien. La raison sociale changea en « Berna Commercial Motor Ltd », mais le siège resta à Olten.

La production de voitures à été abandonnée au profit d’un autre camion, le type C2. La participation aux concours typiques de l’époque permit à Berna de s’établir dans l’empire Austro-Hongrois.

Après quelques années, Berna avait non seulement vaincu ses problèmes de finance mais aussi redoré son blason. Un groupe financier suisse, crée dans le but de racheter Berna, est parvenu à ces fins en 1912 : Berna est à nouveau une entreprise au capital suisse. La nouvelle raison sociale est « Motorwagenfabrik Berna AG » (fabrique de véhicules à moteurs Berna SA). Une importante exportation permit d’augmenter le capital actionnaire de 350'000 CHF à 1'500'000 CHF l’année suivante déjà.

L’année 1914 était riche en évènements influençant l’histoire de Berna. L’exposition nationale de 1914 a décerné un prix convoité à Berna pour le haut niveau technique de ses camions.

Un concurrent direct, les « Automobilwerke Franz AG » (Usine d’automobiles Franz SA), fonde par Franz Brozincevic (fondateur de FBW en 1916) à Zurich, prenait de plus en plus d’importance. Berna soumit à Franz Brozincevic une offre d’achat, après que celui-ci aie décliné une offre venue de l’étranger. Franz Brozincevic a accepté cette offre lui garantissant de rester directeur de son entreprise.

Les armées des pays impliqués dans la première guerre mondiale ont vite découvert les avantages du camion automobiles. Le type C2 était très apprécié pour sa robustesse et les commandes affluèrent. Le capital actionnaire passa à 3'000'000 CHF en 1916.

Le grand nombre de camions dans les surplus des armées à la fin de la guerre a mis Berna, comme ses concurrents, en difficulté. Les commandes pour des camions neufs ne rentraient pas et le stock important de camions représentait un grand capital investi. En plus, les constructeurs suisses étaient confrontés au prix plus bas des camions importés. L’introduction, en 1922, de mesures protectionnistes sous formes de droits d’entré pour les camions étrangers a amélioré la situation.

Réalisant que la motorisation de l’agriculture était imminente, Berna avait décidé de construire des tracteurs agricoles en se basant sur les expériences faites avec les tracteurs d’artillerie construits pendants la guerre.

En 1925, Berna autorisa la fabrique de locomotives « Krauss & Maffei », à Munich, de produire des camions Berna sous licence.

Les progrès techniques réalisés sur les véhicules routiers permit des transports sur des distances toujours plus longues. La demande des clients pour des véhicules plus économiques, notamment pour le transport de marchandises, ne tarda pas. Berna reconnut que le moteur Diesel était devenu incontournable. Une licence octroyée en 1928 par la « Humboldt-Deutz Motoren AG » permit à Berna de construire et d’équiper ses camions avec ces moteurs Diesel. Les résultats obtenus ne donnaient pas satisfaction et la construction de ces moteurs fut abandonnée.

L’année 1929 est un tournant dans l’histoire de Berna. En effet, la « Société Anonyme Adolphe Saurer » est devenu l’actionnaire majoritaire. Il avait été convenu que le degré de collaboration allait augmenter en plusieurs étapes. Un grand avantage pour Berna était de ne plus devoir chercher un moteur Diesel.